Et si on parlait Marmathérapie ! Par Christine Blin - Chandrika

ET SI ON PARLAIT MARMATHERAPIE !

Caraka* définit les marmas comme des emplacements ou se trouvent à la fois des muscles, des veines, des ligaments, des os, des articulations mais ces différentes structures ne sont pas forcément présentes dans chaque marma. Un marma est donc un carrefour important dans l’organisme.

Selon Vagbhatta*, les marmas sont définis comme ci-dessus mais sont aussi des zones très sensibles ; ce sont des sièges de la vie. On peut donc dire que tout point sensible est un marma. Une zone blessée devient un marma jusqu’à sa guérison.

Selon Sushruta*, les marmas sont des endroits où les 3 doshas sont présents sous des formes subtiles.

Les marmas sont des lieux de rencontre entre l’esprit et le corps.

Marma signifie secret, caché, énergie vitale. Les Marmas sont des points d'énergie et de vulnérabilité spécifiques. Chaque Marma est lié à différents organes et tissus corporels. Les Marmas sont les points de réception sur la peau, par lesquels circule l'énergie vitale. Les Marmas sont les points à travers lesquels le Prana, ou force vitale, se déplace et peut être dirigée. Le Prana est l'énergie maîtresse et l'intelligence de notre système psychologique. Un point Marma est défini en tant que lieu anatomique où la chair, les veines, les artères, les tendons, les os et les articulations se rencontrent. Ces points sont utilisés pour stimuler les organes et les systèmes internes du corps.

Les marmas sont des points d’acupression, des zones sensibles. Ils servent à améliorer la santé, à rétablir l’équilibre intérieur, à prolonger la vie. Ils jouent également un rôle important dans la pratique du yoga.

Les marmas sont dits « sacrés » en Inde car ils permettent de rétablir les processus physiologiques et psychologiques. Ils renforcent également l’énergie du « prana » ou force vitale.

Le fait de faire appel à la science des marmas permet d’accroître ou diminuer ou réorienter nos énergies selon les besoins de chacun. Le prana circule alors mieux et aide à rétablir un organisme fatigué.

La marmathérapie est un instrument puissant par l’énergie, c'est-à-dire, par le prana. Des toxines, du stress, des émotions négatives se trouvent dans certains marmas, parfois depuis longtemps. C’est alors que des troubles peuvent intervenir, à commencer par les douleurs, les inflammations, les œdèmes….

La marmathérapie permet de :

- rétablir la circulation de l’énergie vitale (prana),

- équilibrer les doshas (vata, pitta, kapha),

- libérer les émotions et le stress,

- soulager les douleurs,

- calmer les inflammations,

- apaiser les oedèmes et la rétention d’eau,

- restituer votre vitalité en cas de fatigue,

- améliorer votre sommeil en cas d’insomnie,

- agir sur les problèmes de poids et les troubles digestifs (gaz, constipation, diarrhée)…..

Les différentes formes de marmathérapie :

- par le massage ayurvédique abhyanga,

- par l’acupression ou mardana,

- par l’aromathérapie ou utilisation d’huiles essentielles.

- par l’application de lepas ou pâtes de plantes,

- par les postures de yoga ou asanas,

- par la chromothérapie ou thérapie par les couleurs,

- par la lithothérapie ou traitement par les pierres,

- par la mantrathérapie ou thérapie par les mantras,

- par le pranayama ou respiration yogique,

- par la scarification des vaisseaux ou Sira Vedha et les saignées,

- par l’acupuncture,

- par la moxibustion ou action par la chaleur,

- par l’application d’alcalis végétaux ou de substances caustiques autour des points marmas (ksharakarma)

De manière courante, on traite les marmas par le massage, l’acupression, l’aromathérapie, les lepas (pâtes de plantes), les traitements spécifiques (en italique) étant réservés au milieu hospitalier par des médecins ayurvédiques qualifiés.

Déroulement d’une séance de marmathérapie courante :

Un massage ayurvédique du corps est effectué puis quelques marmas sont traités à l’aide d’huiles végétales, d’huiles essentielles ou encore des lepas ou pâtes de plantes (mélanges d’huiles végétales et de plantes).

Les marmas à traiter sont choisis en fonction de vos problèmes. Il est nécessaire de procéder à un bilan ayurvédique auparavant ; cet entretien permet de cibler vos problèmes et de choisir les marmas adaptés à vos besoins

Pendant la séance, 3 à 7 couples de marmas sont massés, soient 6 ou 14 marmas. Le massage terminé, une sudation est effectuée. Ainsi, l’oléation ou massage (snehana) et la sudation (swedhana) couplés permettent  au  corps d’éliminer les toxines.

Plusieurs séances de marmathérapie peuvent être nécessaires afin de rétablir l’équilibre du corps.

Il est recommandé d’attendre un délai de 3 semaines avant de faire une autre séance de marmathérapie, temps nécessaire à l’organisme pour s’adapter.

                                                        

* Caraka, Vagbhatta, Sushruta sont des écrivains classiques de l’Ayurvéda.

 

Christine Blin – Chandrika
Thérapeute spécialiste de l’Ayurvéda
Ecrivaine – Auteure de « Le grand livre de l’Ayurvéda adapté à l’Occident – Mieux-être et mieux-vivre aux éditions Ecce ».
Site : http://ayurvedachandrika.e-monsite.com



Article écrit par Christine Blin - Chandrika pour Ayurvéda Magazine, 1er journal santé consacré à l'Ayurvéda
http://ayurveda-magazine.com/2016/12/14/et-si-on-parlait-marma-therapie-par-christine-blin-chandrika/

 

marmathérapie - ayurvéda

×