Les plantes et huiles

Les fleurs de Bach

Le docteur Edward Bach, né le 24 septembre 1886, fit des études de médecine et se spécialisa en chirurgie et immunologie ; il fut donc médecin, chirurgien, homéopathe, bactériologiste. Il créa "les Sept Nosodes de Bach" qui sont des vaccins pris par voie orale, basés sur des bactéries intestinales, servant à purifier les intestins ; ces vaccins ne sont donnés que sur prescription médicale.

Les plantes l'intéressaient particulièrement et sa recherche était permanente dans le souci constant d'aider les autres.

C'est au cours d'un repas en 1928 qu'il observit les autres invités et s'aperçut qu'ils correspondaient à plusieurs types. C'est ainsi qu'il s'intéressa tout d'abord à 3 fleurs et qu'il les prescrivit à ses malades en fonction de la personnalité de chaque malade. Il obtint alors des résultats très encourageants.

Deux ans plus tard, il abandonna son laboratoire et son cabinet médical et partit s'installer au pays de Galles pour partir en quête d'autres plantes.

Lors de promenades à l'aube, il découvrit que la rosée chauffée par le soleil absorbe les vertus curatives de la plante sur laquelle elle repose. Cela l'inspira pour créer sa méthode de préparation basée sur l'homéopathie, c'est à dire :

- un remède est efficace s'il a la capacité de reproduire artificiellement la maladie

- la forte dilution car selon "Hahnemann, fondateur de l'homéopathie", si le remède est dilué fortement, il perd de sa toxicité et agit avec encore plus d'efficacité

- la dynamisation : en secouant vigoureusement un remède au moment de la dilution, on le rend plus efficace et on évite les effets secondaires

La méthode du Dr Edward Bach sera donc la suivante :

- il choisira les plantes selon l'état émotionnel ressenti

- il procédera à plusieurs niveaux de dilution

- il dynamisera ses préparations en les soumettant aux rayons du soleil.

Le Dr Edward Bach se rend compte que "ce que nous nommons maladie est une manifestation ultime produite dans le corps, le résultat final de forces profondes agissant à long terme". Une personne sans conflit serait immunisée contre la maladie. Des peurs, par exemple, diminuent les défenses naturelles.

Par conséquent, pour aider à guérir, il faut chercher l'état d'âme négatif, l'émotion pertubatrice....La fleur ne changera pas le tempérament mais aidera à positiver l'état d'âme négatif, à envoyer un message de manière à rétablir l'équilibre.

Les fleurs de Bach, n'ont aucune influence sur les médicaments mais elles aideront à accepter les médicaments chimiques et à renforcer vos défenses immunitaires. Elles ne remplacent pas la médecine allopathique et vous devez impérativement continuer votre traitement médical.

Les Fleurs de Bach :

Le Dr Bach créa 38 fleurs de Bach à base de fleurs d'arbre et de fleurs sauvages excepté une venant de l'eau de roche préparée à partir d'une eau de source naturelle aux vertus curatives.

Le Dr Bach divisa ses Fleurs en sept groupes fondamentaux correspondant aux conflits fondamentaux qui nous empêchent d'être fidèles à nous mêmes :

- la peur

- l'incertitude

- le manque d'intérêt pour le présent

- la solitude

- l'hypersensibilité aux influences et aux idées

- le découragement ou le désespoir

- la préoccupation excessive du bien-être des autres

Au sein de chaque groupe se trouve plusieurs fleurs.

ET les 7 étapes de guérison qui sont :

- La paix

- L'espoir

- La joie

- La foi

- La certitude

- La sagesse

- L'amour

Comment choisir et employer les Fleurs de Bach :

Elles se conservent 5 ans. Elles se prennent soit seules (une par une) soit plusieurs ensemble (7 au maximum).

Pour un état passager, choisir une fleur correspond à son état et mettre 2 gouttes sous la langue ; à prendre 4 fois par jour.

Pour un état ancien, choisir 7 fleurs au maximum, mettre 2 gouttes de chaque fleur dans un flacon compte gouttes de 30 ml, compléter avec de l'eau de source (mettre impérativement le flacon au frigo) ; vous pouvez rajouter quelques gouttes de cognac pour la conservation à condition de n'avoir aucun problème en rapport avec l'alcool ou autre problème médical (foie, par exemple). Vous pouvez mettre du vinaigre de cidre à la place du cognac. Prendre cette préparation, à raison de 4 gouttes 4 fois par jour sous la langue pendant une durée d'environ 3 semaines.

Christine Blin - Chandrika
Spécialiste de l'Ayurvéda - Praticienne bien-être - Ecrivaine - Artiste peintre
http://ayurvedachandrika.e-monsite.com
06 22 45 39 58

L’emploi des huiles essentielles en Ayurvéda par Christine Blin - Chandrika

L’Ayurvéda peut se servir des huiles essentielles et ce particulièrement en diffusion ou inhalation mais surtout en marmathérapie.

La thérapie par les marmas ou Marmathérapie fait partie des pratiques de l’Ayurvéda. Elle emploie des huiles essentielles avec des huiles végétales. Les huiles essentielles sont très efficaces sur les marmas et transmettent leurs bienfaits aux organes et systèmes du corps.

La technique diffère quelque peu des massages aromatiques où les huiles essentielles sont diluées dans les huiles végétales. Avec la thérapie par les marmas, le corps ou une partie du corps est massé à l’huile afin d’ouvrir l’énergie des marmas puis de l’huile végétale est appliquée sur le marma désigné  avant d’apposer les huiles essentielles judicieusement choisies en fonction du marma et du problème ;  enfin, le marma est massé différemment selon le but désiré : tonifier ou détoxiquer ; elles harmonisent la circulation du prana et réduisent les doshas en excès.

Les huiles essentielles sont choisies en fonction des doshas :

Chaudes (gingembre, cannelle) et calmantes (rose, jasmin…) pour vata

Fraîches (santal, rose, vétiver, menthe, jasmin) digestives (comme le coriandre) pour pitta.

Chaudes et épicées, piquantes pour kapha (eucalyptus, cannelle, menthe, gingembre, camphre, acore vrai)

Les huiles essentielles sont choisies en fonction du problème :

Résineuses (comme la myrrhe) pour traiter les aideurs articulaires, l’arthrite, les blessures, les douleurs musculaires.

Fraîches, calmantes pour soulager douleur, inflammation, irritation.

Chaudes et stimulantes pour améliorer la circulation du sang, chasser le froid et la raideur.

Ramenant à la terre (comme la valériane) pour traiter les chocs.

Les huiles essentielles peuvent être :

Epicées, piquantes (basilic, eucalyptus, gingembre, laurier, noix de muscade, poivre, sauge, pin, cèdre, genévrier…).

  • Aromatiques : camphre, cannelle, cardamome, clou de girofle, coriandre, cumin, fenouil, menthe, romarin, safran, curcuma, gaulthérie…
     
  • Douces, à fleurs (jasmin, lotus, rose, safran…) qui tonifient le cœur et le système reproducteur, employées pour les troubles gynécologiques.
     
  • Résineuses (encens, myrrhe…) qui traitent les blessures, les raideurs aux articulations, l’arthrite, les douleurs musculaires et osseuses.
     
  • Ayant une odeur de terre (ail, oignon, valériane, asa foetida….) qui stabilisent la conscience en cas de chocs émotionnels…

Nota Bene : ces huiles essentielles doivent être diluées dans de l'huile végétale biologique : huile de sésame pour vata, huile de coco pour pitta, huile de moutarde pour kapha.

Christine Blin – Chandrika
Spécialiste de l’Ayurvéda – Ecrivaine – Artiste peintre
06 22 45 39 58
http://ayurvedachandrika.e-monsite.com

 

Le neem

Le neem est le margousier, son nom sanscrit est « nimba ». Nimba signifie « qui confère la santé ».

Légende indienne : un jour, alors que le dieu Indra revenait du ciel sur un éléphant blanc, emportant avec lui l’ambroisie (amruth) dérobées aux démons, une goutte tomba sur le neem, le consacrant « arbre guérisseur ».

Le neem est un arbre sacré en Inde. On le trouve en Inde, le bord des routes, en abondance. Il est considéré comme le laboratoire pharmaceutique du village en Inde.

Rasa (goût) : amer

Vyria (énergie) : rafraîchissante

Vipaka (effet post digestif) : piquant                      

Gunas : léger, sec

Dhatus (tissus) : plasma, sang, graisse.

Il diminue pitta et kapha mais augmente vata.

Précautions : ne pas utiliser en cas de vata élevé, de trouble dû au froid

Parties utilisées : écorce, feuilles, graines, fleurs, tiges

Utilisations : en poudre, en ghee de neem, en huile, en infusion, en décoction, en pâte.

Actions : antipyrétique, tonique amer, dépuratif, antiseptique, antihelminthique, antiémétique, anti-inflammatoire, bénéfique pour les yeux, insecticide

C’est un purificateur sanguin et détoxifiant puissant de l’Ayurvéda. C'est également un puissant fébrifuge.

Il fait tomber la fièvre, il guérit les plaies, fait tomber la fièvre, purifie le sang, calme les saignements,.

Il est très efficace dans les maladies inflammatoires cutanées telles que le psoriasis, l’acné, l’eczéma, démangeaisons.

Il soulage l’hyperacidité.

Il régularise les niveaux de sucre du sang, il est utilisé en cas de diabète.

Il élimine les vers intestinaux

Le neem est très utile dans l’hygiène buccale :

Les  tiges de neem servent en Inde, de brosses à dents.
La tige recourbée en U peut servir de gratte langue.
La décoction de feuilles est utilisée pour se laver la bouche.

Pour les yeux, il peut être utilisé sous forme de jus des feuilles en cas de conjonctivite.

Le ghee de neem est utiilisé pour les soins de la peau.

La décoction de feuilles fraîches sert de shampooing ; ce shampoing aide à retarde le blanchiment et la chute des cheveux, lutte contre les pellicules.

Sous forme d’huile (huile de neem), elle est anti-acarienne, antifongique, anti virale, bactéricie, parasiticide, répulsives des vers, anti virale, antiseptique, anti-inflammatoire…

Elle a une odeur très forte.

Elle lutte contre les poux et les tiques ; c’est un régénérant des cheveux et de la peau.
Elle est utilisée en cas de cheveux secs, pellicules, chutes de cheveux, cheveux blancs, peau sèche, peau ridée, peau grasse, acné, eczéma….
Elle élimine les poux.

Elle est utilisée en cas de douleurs musculaires et articulaires, inflammations des gencives, démangeaisons, fièvre, vers intestinaux, troubles digestifs.

En résumé, le neem est un arbre aux mille vertus !

Tous droits réservés : texte écrit par Christine Blin – Chandrika
Spécialiste de l’Ayurvéda – Ecrivaine
06 22 45 39 58
http://ayurvedachandrika.e-monsite.com

 

 

Le santal

 

Le santal est originaire de l'Inde où il est considéré comme un arbre sacré ; il sert d'ailleurs dans de nombreuses cérémonies religieuses et pour ce faire, est réduit en poudre Dans l'antiquité, le bois de santal servait à la confection des meubles et à la décoration des temples car il n'était pas attaqué par les insectes. Mais savez-vous que le santal est un arbre parasite pouvent atteindre 8 à 10 mètres de haut ? Il se fixe ses racines aériennes sur les racines des arbres voisins.On parle ici de la variété de Santalum Album qui se trouve en Inde. L'arbre est abattu lorsqu'il a 10 ans et c'est le coeur de l'arbre qui est utilisé.

On le trouve sous forme de bois de santal, d'huile essentielle et d'encens.

On fait souvent brûler de l'encens lors de méditation.

En ce qui concerne l'huile essentielle, elle est devenue très chère en raison d'une demande croissante et de l'appauvrissement des forêts. L'huile essentielle a une odeur boisée, épicée.

Pour la plante

Le santal est amer, astringent, doux et devient doux en post digestif. Il apaise les constitutions vata et pitta, est neutre pour les constitutions kapha.
Le santal est sacré en Inde, c'est une protection pour les thérapeutes.

L'huile esssentielle de santal est :

- antiseptique urinaire et génital (cystite, infection urinaire...)
- antiseptique pulmonaire et expectorante (bronchite chronique...)
- décongestionnante lymphatique et veineuse (varices, hémorroïdes...)
- antalgique (douleurs rhumatismales et articulaires : rhumatismes, sciatique....)
- aphrodisiaque (fatigue sexuelle...)
- diurétique,
- cardiotonique,
- régénérante cutanée (pour peaux ridées, sensibles, irritées...)
- calmante nerveuse, sédative, anti dépressive (insomnie, moral en baisse...)

Elle est utilisée :

- en compresses pour les problèmes de peau : mettre 5 gouttes d'huile essentielle de santal dans 10 ml d'huile végétale biologique, imbiber une compresse et passer doucement sur le visage.

- en compresses chaudes pour les affections urinaires : mettez 5 gouttes d'huile essentielle de santal dans un bol d'eau bouillante, trempez une compresse et appliquez sur la région des reins

- en massage diluée dans de l'huile végétale biologique (sésame, amande douce...) sur le buste en cas de bronchites ou sur le ventre en cas de douleurs menstruelles ou sur les pieds pour mieux dormir ou sur le corps pour se calmer....

- dans le bain : diluez 5 gouttes d'huile essentielle de bois de santal dans un dispersant (lait demi écrémé, huile végétale, solubol...) avant de le verser dans le bain.

- en cas d'orgelet : mettre de la poudre de santal mélangé avec de la poudre de curcuma sur l'extérieur de l'oeil

Tous droits réservés : texte écrit par Christine Blin – Chandrika
Spécialiste de l’Ayurvéda – Ecrivaine
06 22 45 39 58
http://ayurvedachandrika.e-monsite.com

 

 

-

L'aloès vera

L’aloès vera, plante merveilleuse.

Les Mayas l’appelaient la plante de jouvence, c’est tout dire !

Tridoshique, elle est bonne pour toutes les constitutions (vata, pitta, kapha). Seule contrainte, elle est interdite aux femmes enceintes et allaitantes.

- Excellent tonique pour le foie, elle aide à la digestion et l’élimination des toxines

- Elle régularise le métabolisme du sucre et de la graisse.

- Elle aide à stopper les saignements de nez et la mauvaise haleine

 - Elle embellit nos visages et nos cheveux :

  •     on peut ajouter du gel d’aloès dans un masque du visage
        ou s’en servir comme base de démaquillant du visage
        ou encore remplacer le gel pour cheveux et fixer nos coiffures

- Elle apaise les brûlures, les coups de soleil, les hémorroïdes, les plaies superficielles, l’acné

- Elle est bonne pour toutes les peaux

Cette liste n’est pas exhaustive

 

Tous droits réservés : texte écrit par Christine Blin – Chandrika
Spécialiste de l’Ayurvéda – Ecrivaine
06 22 45 39 58
http://ayurvedachandrika.e-monsite.com

 

×